Optique : à partir de combien de temps peut-on renouveler ses lunettes ?

Publié le : 19 mai 20214 mins de lecture

Pour consulter un ophtalmologiste, les délais varient généralement de quelques semaines. Depuis quelques années, de nombreuses dispositions favorisent cependant la délégation des actes vers les autres professionnels d’une filière visuelle. Le renouvellement de lunette a été facilité. Mais quand renouveler ses lunettes ?

Renouvellement des lunettes : quelles sont les conditions ?

Les règles qui concernent le renouvellement des lunettes sont également en vigueur. Pour les personnes qui sont plus de seize ans, elles permettent de se rendre chez l’opticien afin de faire renouveler les verres correcteurs et les montures grâce à l’ordonnance en cours de validité. La durée de validité dépend de l’âge de patient. Pour les enfants qui sont moins de seize ans, elle est de 1 an. Pour les adultes qui sont entre seize et quarante-deux ans et trois ans à partir de quarante-deux ans. L’opticien, pouvant adapter la correction de verres, est généralement tenu d’en informer un prescripteur initial. Ces dispositions s’appliquent aussi à toutes les amétropies comme l’hypermétropie, l’astigmatisme, la myopie, la presbytie.

En cas de renouvellement, quelle prise en charge par l’opticien ?

La Sécurité sociale prend en charge la nouvelle paire des lunettes. Un renouvellement à l’identique n’est généralement pas soumis à restriction. Les remboursements en optique, avec la réforme de contrats responsables, sont soumis à des montants maximum et minimum pour les mutuelles. Le remboursement des nouvelles montures se fait tous les deux ans. Les tarifs ne permettent pas la prise en charge complète de frais d’optique. Ainsi, il est judicieux de souscrire la mutuelle de santé afin de profiter d’un meilleur remboursement. Pour renouveler ses lunettes, certaines compagnies proposent les formules adaptées à des besoins de porteurs de lunettes, surtout grâce aux forfaits optiques avantageux.

Quelles sont les contre-indications ?

L’ophtalmologiste peut s’opposer à l’adaptation de correction grâce à la mention portée sur l’ordonnance. En effet, la présence d’une cataracte, d’un glaucome, d’une forte myopie, de pathologie comme l’hypertension artérielle mal contrôlée ou le diabète ainsi qu’une prise à long terme de certains médicaments nécessitent un suivi médical rapproché. Se rendre chez l’opticien ne suffit pas dans certains cas, tels que l’affection aigüe de l’œil ou lorsque la dernière consultation chez l’ophtalmologiste remonte à plus de cinq ans. Plusieurs Français déclarent souffrir du trouble de la réfraction. Ils sont en attente de la correction optique. Certains déclarent souffrir de l’autre maladie ophtalmologique. L’opticien est également habilité à modifier la correction de la prescription des lentilles de contact sur présentation de l’ordonnance de moins de trois ans et dans le cadre du renouvellement.

Plan du site